11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 10:51

Voici, en accès libre, la conférence de l'Université Populaire du pays de Luxeuil sur les monnaies locales et régionales. Avec la participation de l'association "L'affranchie", spécialisée dans l'implantation de monnaies complémentaires et dans le soutien des économies locales.

La Pive est la future monnaie complémentaire franc-comtoise

La Pive est la future monnaie complémentaire franc-comtoise

 

Quatre phases sont principalement abordées :

 

  • Présentation de la monnaies locale " la Pive ", sur le secteur Franc-Comtois

  • Comment fidéliser le consommateur à l'économie locale et aux circuits courts

  • La monnaie locale, une réponse concrète pour un développement plus équilibré

  • Une monnaie locale circule 4 à 6 fois plus vite qu'une monnaie classique !

 

Supplément : Diffusion de deux vidéos explicatives

 

Accès vidéo de la conférence en streaming :

Jean-Jacques Bret, Michel Delhon et Jean-Louis Genest

 

Bande audio en HD à télécharger :

[partie 1/1 - audio - Télécharger le mp3]

 

 

Accès documents complets à télécharger :

 

Voir l'article complet  sur l'Est Républicain.fr :

http://www.estrepublicain.fr/une-monnaie-locale-en-franche-comte-pourquoi-pas

 

Financer la transition écologique des territoires par les monnaies locales :

http://veblen-institute.org/spip.php?page=article&id_article=290

http://www.lietaer.com/tag/terra/

 

Voir l'interview sur France 3 région Franche-Comté :

http://france3-regions.francetvinfo.fr/doubs/un-projet-de-monnaie-locale-complementaire

 

La monnaie locale est un outil de résilience territoriale :

http://www.barricade.be/sites/default/files/publications/pdf/2012camille-monnaies.pdf

 

Soutenir le projet de financement participatif pour la pive :

https://www.arizuka.com/fr/projects/la-pive-monnaie-comtoise

 

 

En savoir plus sur l'affranchie :

 

« L’association L’Affranchie, basée à Besançon, regroupe des citoyens qui ont des compétences en économie, mais aussi l’envie de trouver une alternative positive à la crise ambiante », explique Gérard Magnin, membre actif du collectif. « Avec Jean-Jacques Bret, le président de l’association, nous avons eu l’idée de créer une monnaie locale complémentaire pour toute la Franche-Comté. »

Celle-ci a pour but essentiel de stimuler l’économie du territoire grâce au développement des échanges entre consommateurs, producteurs et commerçants locaux. Et, pourquoi pas, de favoriser la création d’emplois de proximité.

« Il faut renoncer à la fatalité », poursuit Gérard Magnin. « Notre agriculture, par exemple, notamment dans le Doubs, entre autres, est un atout formidable. Nous fabriquons ici de très bonnes choses. Le secteur est dynamique. Pourtant, il est concurrencé par de nombreux produits étrangers. II est temps de trouver une parade à la fuite des capitaux hors de notre territoire. »

« Un producteur local gagnera 3,5 fois plus s’il prend la monnaie complémentaire »

La solution avancée par le collectif : la monnaie complémentaire locale. Pour cela, il est essentiel de négocier avec les banques de la région. Tout se fait en vase clos pour, au final, « bénéficier d’une collaboration “gagnant-gagnant” ».

« Avec cette ‘’devise’’ (cette monnaie régionale n’a pas encore été baptisée – N.D.L.R.), si un client procède à six achats dans une entreprise ou un commerce de proximité, pour acquérir des produits du cru, le professionnel ou l’artisan gagnera 3,5 fois plus d’argent que si la transaction s’était déroulée pour vendre un bien non régional. »

Mieux encore. Si le professionnel voulait changer son trop-plein de « devises » en euros, la banque lui retiendrait certes un pourcentage à négocier, mais le commerçant resterait avantagé, puisqu’il n’aurait pas à partager ses bénéfices avec un autre intermédiaire.

Tous les commerces et exploitants agricoles, par exemple, qui auraient signé une charte « monnaie locale complémentaire » avec les banques auraient l’opportunité de se débarrasser des intermédiaires qui, on le sait, ne manquent pas de prendre une marge bénéficiaire au passage. Ainsi, les plus grosses enseignes de biens de consommation, qui ne profitent pas pleinement à l’économie locale, devraient être écartées de ce projet.

Des explications qui méritent d’être encore largement décryptées à destination du du grand public. C’est pour cela que l’association L’Affranchie organise une rencontre, ouverte à tous, samedi 21 mars prochain, salle Battant (48, rue Battant, à Besançon), de 9 h à 18 h.

 

Lien internet : https://www.facebook.com/associationlaffranchie/info?tab=page_info

Contacter Michel Delhon pour initier un projet de monnaie locale :

michel.delhon@yahoo.fr

 

 

Les deux vidéos explicatives et pédagogiques :

Vidéo du financement participatif du 27 janvier au 13 mars 2016

Il y en a 4 000 dans le monde, et désormais une soixantaine en France

Partager cet article

Repost 0
Published by Ars-praeceptorum - Valeur et partage des savoirs - dans Dossier Développement durable

Ars-praeceptorum 70

AP_circle_logo.jpeg

UNIVERSITÉ POPULAIRE UPL

Savoirs et Culture

 

www.universite-luxeuil.fr

Rechercher